Baume à partir d’une zone de guerre – Qantara.de

Blanc et vert boîte de coups d’oeil hors de la poussière et de gravats. Sur elle, écrit en rouge est un nom arabe: Hussein Zahra. Ce morceau de carton est la seule indication que c’est une fois le site d’un atelier, d’une usine de savon. Tout ce qui reste de ce qui était autrefois des bâtiments de deux étages est un squelette de béton criblé de trous de balle.

Alep, une fois une ville en plein essor dans le nord de la Syrie, a été détruit. La première entrée des rebelles, puis les djihadistes, puis le Syrien des bombardiers et, plus récemment, le russe bombardiers. Pourtant, malgré cette destruction, l’un des plus réputés de la région, les exportations, les villes d’Alep, du savon, trouve toujours son chemin sur les tablettes des magasins d’aliments naturels, les pharmacies, les boutiques et magasins bio et dans les supermarchés en Allemagne. Mais d’où vient le savon est vraiment arrivé?

Alep savon fabriqué en Turquie

Hussein Zahra a commencé la fabrication de savon artisanal de l’huile d’olive et de laurier, huile de presque quatre décennies. L’entreprise familiale est situé dans le Sheikh Saeed, un quartier au sud-est d’Alep, qui a été au centre d’une lutte féroce pour un temps très long. Il y a trois ans, son fils Mohammed, qui dirige maintenant la société, ont fui la guerre. Aujourd’hui, Mohammed produit savon d’Alep à Mersin en Turquie, d’où il expédie vers l’Europe et l’Asie. Il évite l’utilisation moderne de technologie, choisissant plutôt de produire du savon à la manière Arabe savon de producteurs ont fait pour des centaines d’années. En ces temps de crise, toutefois, des matières premières, le transport et l’expédition sont plus coûteux et plus difficile. “Nous espérons que nous serons en mesure de retourner à Alep bientôt”, dit Mohammed. “Nous sommes très fatigués.’

La plupart de ses collègues savonneries se sentent de la même façon. Où une fois de plus de 200 usines de savon de toutes tailles, de produits savon dans et autour d’Alep, presque tous ont fermé leurs portes ou sont en exil. Parce que le savon n’a pas à être produite dans la ville d’Alep à porter le nom de la ville, la plupart des entreprises ont délocalisé la production à des endroits plus sûrs à l’étranger. On a mis en place boutique en France; la plupart se sont installés en Turquie. Après tout, la frontière turco-Syrienne est à seulement 60 km de la ville d’Alep.

Talal Anis également déplacé la production, de la première à Afrin dans la Syrienne Kurde du pays, puis d’autres – à travers la frontière turque, à Gaziantep. Ces mouvements lui coûter cher; de nombreux articles ont été volés chaque fois qu’il a déménagé.

Dans la ligne de feu

Avant le début du conflit en 2011, Talal et sa partenaire ont été la production de jusqu’à 800 t d’Alep, savon chaque année. Aujourd’hui, ce chiffre a été réduit à un maximum de 250 t. Il ne voyait pas d’avenir pour lui-même à Alep: “de Nombreuses usines de savon ont été rasés au sol. Ils se sont soudainement retrouvés sur la ligne de front”, dit-il. De plus, les propriétaires d’usines ont été enlevés et détenus à des fins de rançon. D’autres ont été tués et certains ont tout simplement disparu de la surface de la terre. Très peu ont persisté. L’un des rares à rester dans la ville est un ami de Talal, qui est désormais la production de savon à la maison. “Il vit maintenant à l’étage et la fabrique de savon sur le rez-de-chaussée.’ Avec toutes les coupures d’électricité et les pénuries d’eau dans la ville, les gens dans la ville d’Alep ont à être créatif: ils travaillent avec des générateurs et de creuser de nouveaux puits.

Quand la plupart des gens pensent d’Alep, ils pensent à des bombes artisanales, les jihadistes et l’exode de masse. Alep est devenu synonyme avec une guerre sanglante pour laquelle il n’y a pas de solution. Il y a Six ans, les choses étaient très différentes: d’Alep, située au cœur d’une des régions les plus fertiles du Moyen-Orient, était connu pour son fascinant vieux quartier avec ses bazars, des caravansérails et des mosquées anciennes.

Alep est l’une des plus anciennes, continuellement habitées par les villes dans le monde. Jusqu’à l’ouverture du Canal de Suez dans l’année 1869, il était situé sur un certain nombre de routes commerciales importantes, y compris la Route de la Soie. La légende raconte qu’Abraham, qui est vénéré par les Juifs, les Chrétiens et les Musulmans, de traire sa vache sur la colline de la citadelle se trouve. En effet, c’est cette légende qui a donné à la ville son nom arabe: Halab al-Shahba (ce qui se traduit par ‘il traite le gris de la vache”).

Dans le septième siècle, ingénieux artisans de la région a révolutionné la production de savon: ils faisaient bouillir de l’huile d’olive et de la lessive dans de grandes cuves, l’ajout de laurier huile pour le mélange. La première savons durs sont nés. À ce jour, le savon d’Alep est fabriqué selon cette ancienne recette.

Après que le mélange a bouilli à la pâte, il est versé dans des bassins peu profonds et étendus. C’est alors autorisé à refroidir et durcir. Le mélange est ensuite découpé à la main dans des blocs, le nom du fabricant est estampé dans le savon et les blocs sont ensuite empilées et on la laisse sécher jusqu’à neuf mois. À ce stade, la surface du savon ocre en teinte. À l’intérieur, cependant, le savon est encore vert olive. En théorie, le savon peut être stocké dans un endroit sec pendant des décennies, sans diminuer la qualité.

Savon – un énorme succès à l’exportation histoire

“Le savon a été un énorme succès à l’exportation histoire et la fondation sur laquelle de nombreux de la région, la plupart des familles aisées ont construit leur richesse”, explique Christian Sassmannshausen de l’Institut d’Études Islamiques à la Freie Universitat de Berlin, qui a pris un peu plus près à la production de savon dans le Moyen-Orient dans le cadre de son travail de recherche.

Les savonneries de la région qui compte maintenant de la Syrie, le Liban, Israël, la Palestine et la Jordanie avait un avantage majeur sur les autres dans l’entreprise: leurs matières premières qui ont été produits à proximité. C’était une aubaine à l’heure où le transport de l’huile d’olive ou de l’huile de laurier est très cher. Au début du xxe siècle, cependant, l’Arabe, le marché a été inondé avec la production de masse de savon à partir de l’Europe, provoquant un effondrement des ventes du produit local. C’est seulement organique tendance et la popularité croissante de la cosmétique naturelle qui a apporté le savon d’Alep à l’attention des Européens une fois de plus. Il a un avantage majeur: il est produit sans huile de palme et sans ingrédients artificiels.

La guerre en Syrie fait Alep savon un produit en exil. Néanmoins, la plupart des fabricants ne fait aucun doute: un jour, quand la paix revient à la Syrie, ils seront de retour à Alep et à reconstruire leurs usines.

Mey Dudin

© Qantara.de 2017

Traduit de l’allemand par Aingeal Flanagan

JABON NATURAL COSTA DEL SOL COSMÉTICA NATURAL COSTA DEL SOL

Please follow and like us:
Follow by Email
Facebook
Facebook
Google+
Google+
http://news.google.com/news/url?sa=t&fd=R&ct2=es&usg=AFQjCNFER5lycT4nu7O0C65dVXg9mq78gg&clid=c3a7d30bb8a4878e06b80cf16b898331&ei=xA60WMj8IuL3zAbsw5WIDA&url=https://en.qantara.de/content/aleppo-soap-balsam-from-a-war-zone
YouTube
YouTube
Instagram
LinkedIn
Pinterest
RSS
SHARE

Deja un comentario

简体中文EnglishFrançaisDeutschItaliano日本語मराठीNorsk bokmålPortuguêsРусскийEspañolSvenska
Follow by Email
Facebook
Facebook
Google+
Google+
https://www.lacosmeticanatural.com/baume-a-partir-dune-zone-de-guerre-qantara-de
YouTube
YouTube
Instagram
LinkedIn
Pinterest
RSS
SHARE